Dans quelle attitude venir à l’église le dimanche?

Il y a deux attitudes indispensables à cultiver avant de nous rassembler avec les frères et sœurs de l'Église. Ce sont ces attitudes qui donneront à l'Église la dynamique dont elle a besoin pour grandir.

Vous êtes dans la voiture le dimanche pour aller à l’église. Quelles sont les pensées dans votre tête? Quelles sont les pensées que vous devriez avoir? Quelles attitudes cultiver avant de passer du temps avec d’autres frères et sœurs dans ce rassemblement qu’est l’Église locale?

Il y a deux attitudes bénéfiques à cultiver, qui nous permettrons de vivre le rassemblement de l’Église de la bonne manière.

Une attitude d’écoute

D’abord, nous voulons cultiver une attitude d’écoute, avec des cœurs réceptifs à recevoir ce que Dieu veut nous enseigner.

Il est courant de dire que nous ne sommes pas que des « consommateurs » à l’église. C’est vrai (comme nous allons le voir), mais cela n’empêche pas que nous « consommons » quand même ! Si nous nous réunissons avec d’autres frères et sœurs, c’est parce que nous avons besoin d’être nourris par la Parole. Le but du rassemblement de l’Église locale, c’est l’édification.

Nous voyons cela dans le rôle principal de Timothée, en tant que pasteur, qui est de prêcher la Parole (cf. 2 Timothée 4.2), car c’est de cette Parole dont chacun dans l’assemblée à besoin (cf. 2 Timothée 3.16-17). Nous voyons cela quand Paul exhorte les Corinthiens, en rapport avec leurs rassemblements, à ce que « tout se fasse pour l’édification » (1 Corinthiens 14.26). Nous voyons également cela dans l’un des buts du chant d’assemblée, qui est que l’on s’instruise et s’avertisse « les uns les autres en toute sagesse par des psaumes, par des hymnes, par des cantiques spirituels » (Colossiens 3.16).

Si donc l’Église se rassemble, c’est pour que les membres soient édifiés. Si, en tant qu’individu, on se réunit avec l’Église, c’est pour que l’on soit édifié. D’où l’importance de développer une attitude d’écoute, afin d’avoir des cœurs réceptifs à la Parole de Dieu qui sera lue, chantée, et prêchée.

Cela impliquera de prier pour que Dieu nous nourrisse par sa Parole, et agisse dans nos cœurs par son Esprit pour nous aider à la comprendre et à la vivre. Cela impliquera de couper les distractions qui pourraient nous empêcher de suivre correctement la prédication, lorsque c’est possible. Cela pourra impliquer de veiller sur ses heures de sommeil, afin d’être suffisamment éveillé pour pouvoir suivre la prédication le dimanche (oui, nous sommes des êtres humains faillibles!).

Une attitude de service

L’autre attitude que nous voulons développer en allant à l’église, c’est une attitude de service. Pour saisir cela, comparons le fait d’aller à l’église avec celui d’aller au restaurant.

Lorsque l’on va au restaurant, on s’attend à être nourri, à bien manger, et à repartir le ventre plein. Cependant, nous aurons uniquement une attitude passive. Le serveur viendra prendre notre commande, et ce n’est pas nous qui allons cuisiner. Ce n’est pas nous non plus qui allons faire la vaisselle ou débarrasser la table. En bref, nous ne faisons que consommer. C’est ce qui nous donne le droit, après coup, d’évaluer le service que nous avons reçu et d’émettre des jugements sur la qualité du restaurant.

Aller à l’église, ce n’est pas comme ça. Oui nous venons pour être nourris, mais nous ne nous asseyons pas le dimanche pour recevoir passivement quelque chose pendant 1h30, avant de rentrer chez nous en évaluant la qualité du service. Nous venons également pour servir nous-mêmes.

Dans sa lettre aux Philippiens, Paul nous exhorte de la manière suivante : « Que chacun de vous, au lieu de regarder à ses propres intérêts, regarde aussi à ceux des autres » (Philippiens 2.4). Dans les versets suivants, il donne ensuite l’exemple parfait du Seigneur Jésus, qui a mis de côté ses propres intérêts pour chercher le bien spirituel des autres. C’est à la même chose que nous sommes appelés en tant que chrétiens. Si nous vivons, c’est pour mettre les intérêts des autres avant les nôtres. Lorsque nous nous réunissons avec les frères et sœurs de l’Église, nous sommes appelés à chercher leur bien spirituel avant tout.

C’est ce qui implique de notre part une attitude de service: un désir de chercher leur édification, avant de chercher mon propre bien. Cela peut vouloir dire remplacer cette personne qui a fait la garderie plusieurs fois ce mois-ci, afin qu’elle puisse suivre la prédication. Ou aller parler à une personne plus isolée après le culte, plutôt que ceux avec qui je suis le plus à l’aise. Ou venir en avance pour pouvoir accueillir ceux qui sont déjà là, ou prêter main forte de manière pratique même si on ne me l’a pas demandé. Lorsque chacun s’implique de cette manière dans l’Église en cherchant le bien des autres, c’est beau à voir!

Sur le chemin de l’église…

Lors de notre chemin, en route pour nous rassembler avec nos frères et sœurs, nous devrions donc cultiver une attitude d’écoute, et une attitude de service.

Nous devrions avoir des attentes: celles d’être nourris par la Parole, édifiés, encouragés, en entendant la voix de Dieu au travers de la Bible. Mais les autres devraient aussi avoir des attentes envers nous: que l’on mette leurs intérêts avant les nôtres, que l’on cherche leur bien spirituel, et que l’on soit prêts à les servir en s’oubliant nous-mêmes.

Prêts à le mettre en pratique dimanche prochain?

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant en formation pastorale dans son Eglise locale à Bruxelles. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser

>