Un pasteur du 19e siècle nous parle de prédication textuelle

Les avantages de la prédication textuelle sont nombreux –pour le prédicateur et pour l’assemblée. Pas convaincus? Écoutez ce qu’en disait Charles Bridges au 19ème siècle.

J’ai eu la joie de récemment lire The Christian Ministry de Charles Bridges. Charles Bridges (1794-1869) offre dans ce livre un véritable manuel du ministère pastoral. Ce livre m’a grandement impacté et je compte bien y revenir régulièrement -chaque page est une véritable mine d’or!

Alors qu’il parle de la prédication, Charles Bridges liste les avantages de la prédication textuelle (ce qu’il appelle « the expository scheme »). La prédication textuelle est une prédication qui se base sur un passage particulier de l’Écriture, où le point central de la prédication est le point central du texte biblique (c’est la définition couramment répandue). Cela s’oppose à la prédication dite « thématique », où l’on vise à parler d’un thème en rassemblant les différentes données bibliques pertinentes sur ce thème.

Je laisse la parole à Charles Bridges pour nous parler des avantages de la prédication textuelle:

Cela évite l’habitude de se baser sur un texte pour dire ce qui n’est pas autorisé par son contexte. Cela permet aux gens de lire les Écritures avec plus d’intérêt, car ils le font avec plus de compréhension, et moins de danger d’être égarés par des vues divergentes de la vérité. C’est ainsi que la vérité de l’Écriture est confirmée: par la portée générale de l’argument sacré, plutôt que par la citation partielle de versets isolés.

Au travers de ce type de prédication, plusieurs sujets sont mis en avant qui auraient autrement probablement été omis. Ce type de prédication fournit des applications qui concernent des péchés ou erreurs particuliers, sans que cela entraîne une imputation personnelle. (…) Toute l’étendue de l’Écriture est ainsi ouverte dans sa longueur et sa largeur.

Dans ce type de prédication, ‘Dieu parle beaucoup, et l’homme parle peu’.

Charles Bridges, The Christian Ministry, p.284-285

Que Dieu parle beaucoup, et l’homme peu: voilà notre objectif. C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis convaincu que la prédication textuelle est le meilleur régime pour la vie de l’Église locale. L’idée n’est pas de prôner une méthode humaine –mais de chercher à avoir des prédications qui exposent fidèlement la parole et permettent à l’assemblée d’entendre la voix de Dieu avec clarté et fidélité. Que ce soit le cas de nos prédications, chers frères!

Pour aller plus loin:

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant pasteur-adjoint dans l'Église de Bruxelles-Woluwe. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser