Qui sont « l’homme spirituel » et « l’homme naturel » de 1 Corinthiens 2?

Contrairement à ce que l’on peut parfois entendre, l’homme naturel de 1 Corinthiens 2 ne désigne pas un chrétien de "moindre classe", mais un non-chrétien, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a pas l’Esprit.

Dans 1 Corinthiens 2.14-15, Paul fait une distinction entre « l’homme naturel » et « l’être spirituel ». Certains se servent de cette formulation pour créer une distinction entre les chrétiens qui n’ont pas l’Esprit, et les chrétiens qui auraient l’Esprit, et qui auraient donc accès à une connaissance plus grande de Dieu.

Une simple étude de ce chapitre et du contexte permet de balayer une telle distinction d’un revers de la main. Voyons ensemble ce que le texte dit.

14 Mais l’homme naturel n’accueille pas ce qui relève de l’Esprit de Dieu, car c’est une folie pour lui; il ne peut pas connaître cela, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. 15 L’être spirituel, lui, juge de tout, tandis que lui-même n’est jugé par personne.

– 1Co 2.14-15

L’homme naturel

Le verset 14 montre clairement qu’il s’agit d’un non-chrétien, de quelqu’un qui n’est pas né de nouveau. Nous voyons en effet que l’homme naturel ne reçoit pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu « car c’est une folie pour lui » (v.14). Cela fait référence à ce que Paul a mis en avant dans 1 Corinthiens: le message de la croix est une folie pour ceux qui sont perdus (1Co 1.18). Parler de Christ crucifié est un scandale pour les juifs et une folie pour les non-juifs. Mais pour les chrétiens, pour ceux qui croient, c’est la puissance et la sagesse de Dieu (1Co 1.23-24).

Ceux qui rejettent ce qui vient de l’Esprit de Dieu, ce ne sont donc pas des chrétiens qui n’auraient pas l’Esprit (une telle catégorie n’existe pas), mais plutôt des non-chrétiens, parce qu’ils n’ont pas l’Esprit.

Nous voyons cela avec la suite de ce que Paul dit à propos de cet homme naturel: « Il est même incapable de le comprendre, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. » (v.14). 

Il y a un principe clair qui se trouve dans 1 Corinthiens 2: il faut l’Esprit de Dieu pour comprendre ce qui vient de Dieu. Paul montre cela au verset 11: c’est seulement l’esprit d’une personne qui peut comprendre les pensées intimes de cette personne, ce qu’elle est au plus profond d’elle-même. Nous ne pouvons pas lire les pensées des autres! De la même manière, seul l’Esprit de Dieu peut comprendre les choses de Dieu (cela montre implicitement à la fois que le Saint-Esprit est une personne, mais aussi qu’il est divin). Sans l’Esprit de Dieu, on ne peut donc pas comprendre la vraie sagesse de Dieu dont Paul parle dans 1 Corinthiens 1 et 2.

C’est pour cela que l’homme naturel est incapable de comprendre ce qui vient de Dieu: « parce que c’est spirituellement qu’on en juge » (v.14). C’est grâce à l’Esprit de Dieu que l’on juge, que l’on discerne, que l’on comprend, ce qui vient de Dieu.

Autrement dit, sans l’Esprit de Dieu, le message de la croix reste un scandale et une folie. Il faut le miracle de la nouvelle naissance pour que quelqu’un voie la croix pour ce qu’elle est: la puissance de Dieu qui sauve.

Si l’homme naturel désigne tout simplement quelqu’un qui n’a pas l’Esprit de Dieu (et donc un non-chrétien), cela nous aide alors à comprendre ce que Paul entend par « être spirituel » au v.15.

L’être spirituel

Lorsque nous entendons le mot « spirituel » en français, nous pensons qu’il s’agit de quelqu’un de mature, de pieux, de très religieux. Nous disons: « Ah oui, il est très spirituel, lui ». Mais quand la Bible parle de quelque chose de spirituel, il s’agit tout simplement de quelque chose qui vient de l’Esprit de Dieu. Une « chose spirituelle », c’est une chose qui vient de l’Esprit de Dieu. Un « être spirituel », c’est simplement une personne qui a l’Esprit de Dieu.

L’être spirituel dont il est question dans 1 Corinthiens 2 ne désigne donc pas une catégorie privilégiée de chrétiens, mais c’est plutôt une manière de désigner tous les chrétiens. Nous ne pouvons pas être chrétiens sans l’Esprit de Dieu. Car, comme nous l’avons vu, c’est l’Esprit de Dieu qui permet de comprendre ce qui vient de Dieu. C’est grâce à l’Esprit de Dieu que nous pouvons voir la croix comme une puissance.

Dans 1 Corinthiens 1, Paul sépare l’humanité en deux (voir 1Co 1.18): il y a ceux qui sont perdus, et qui voient la croix comme une folie. Et il y a ceux qui sont sauvés, et qui voient la croix comme une puissance, comme une sagesse.

Dans 1 Corinthiens 2, Paul explique ce qui différencie ces deux groupes: c’est l’Esprit de Dieu. C’est l’Esprit qui agit pour révéler la vraie sagesse, celle qui vient de Dieu (2Co 2.10). C’est l’Esprit qui agit pour donner la vie spirituelle là où elle n’existait pas. C’est l’Esprit qui convertit les cœurs, pour permettre de voir la croix telle qu’elle est réellement.

C’est pour cela que l’être spirituel « juge de tout, tandis que lui-même n’est jugé par personne ». Cela ne veut pas dire que personne ne peut accuser les chrétiens, ou dénoncer leur péché. Ici, comme au v.14, Paul utilise le verbe juger dans le sens de « discerner, comprendre ». Celui qui a l’Esprit juge de tout, parce qu’il est capable de tout comprendre, même la sagesse qui vient de Dieu, parce qu’il a l’Esprit de Dieu. Et il n’est jugé par personne, parce que quelqu’un qui n’a pas l’Esprit ne pourra pas comprendre ce qu’il dit et la raison pour laquelle il vit: pour nos amis non-chrétiens, notre manière de vivre en disciples de Jésus n’a aucun sens!

Dans ce passage, Paul ne veut pas donc distinguer deux « classes » de chrétiens (comme s’il y avait des niveaux dans la vie chrétienne!), mais plutôt expliquer ce qui différencie les chrétiens des non-chrétiens.

Quelles conséquences pour nous?

Cela devrait nous encourager à deux niveaux.

D’abord, soyons reconnaissants que Dieu nous ait permis de comprendre la vérité de l’Évangile, grâce à son Esprit. Si nous pouvons voir la croix comme une puissance et non comme une folie, c’est grâce à l’œuvre de l’Esprit de Dieu en nous. Ce n’est pas une connaissance que nous avons acquise ou méritée, mais c’est un cadeau qui nous a été donné par grâce. Ce qui nous distingue de nos amis non-chrétiens, ce n’est pas notre « penchant religieux », mais c’est le miracle de l’Esprit qui nous a fait naître de nouveau.

Ensuite, ayons de l’espoir car l’Esprit peut agir dans le cœur de ceux qui nous entourent. J’imagine que vous avez beaucoup d’amis qui considèrent la croix comme une folie. La bonne nouvelle, c’est que leur cœur n’est pas trop dur pour que l’Esprit puisse agir. Il peut amener la lumière dans le cœur le plus sombre. Même pour quelqu’un qui a rejeté l’Évangile durant toute sa vie, l’Esprit peut agir, afin que cette personne voie la croix pour ce qu’elle est: la puissance de Dieu qui sauve.


Pour une prédication sur ce texte, cliquez-ici: La vraie puissance de l’Esprit (1 Corinthiens 2.6-16).

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant pasteur-adjoint dans l'Église de Bruxelles-Woluwe. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser