Vous n’êtes pas au centre de l’univers (et moi non plus)

Lorsque je suis au centre de l'univers, les différents éléments de la foi chrétienne deviennent des moyens de me servir, et non plus des moyens de servir Dieu. Ce n'est plus l'homme qui existe pour glorifier Dieu et prendre plaisir en lui, mais Dieu qui existe pour servir l'homme et rendre confortable sa vie.

Nous continuons notre série sur l’évangile de la prospérité (précédents articles ici). Il y a des formes plus extrêmes de cet enseignement (crois en Dieu et tu seras riche, donne 10€ et tu recevras au centuple, etc.) et des formes plus modérées (ce que j’appelle l’évangile du bien-être). Mais dans les deux cas, la finalité est la même: les créatures sont élevées au-dessus du Créateur, et l’être humain prend la place de Dieu. C’est l’homme qui devient le centre de l’univers.

Prendre la place de Dieu

Nous le voyons lorsque la foi en Dieu est réduite à un moyen d’obtenir des bénédictions terrestres et matérielles pour ma vie. La motivation à croire en Dieu est ce qu’il peut me donner (me rendre riche), et non pas qui il est. Dieu est simplement un moyen pour moi, parmi d’autres, d’avoir une vie confortable, pleine de richesses et de succès.

C’est également le cas lorsque la foi est vue comme une puissance pour proclamer ce que l’on désire. Comme nous l’avons vu dans un précédent article, Dieu est celui qui a le pouvoir de faire venir à l’existence ce qui n’existe pas (cf. Romains 4.17). Lorsque nous nous approprions ce pouvoir, nous sommes en train de prendre la place de Dieu. Ce n’est pas à l’être humain de contrôler souverainement sa vie. Ce n’est pas entre nos mains que se trouve les « clés » pour notre destinée. Tout ceci se trouve entre les mains souveraines de Dieu, qui est, lui, au centre de l’univers (pour être convaincu de ceci, vous pouvez relire les chapitres 40 à 46 d’Esaïe en notant tout ce que cela vous enseigne sur Dieu !).

C’est ainsi que la prière devient un moyen de forcer le bras de Dieu, comme l’écrit Creflo Dollar, un des prédicateurs de la prospérité les plus connus: « Quand nous prions, croyant que nous avons déjà reçu ce pour quoi nous prions, Dieu n’a pas d’autre choix que de faire aboutir nos prières… C’est une clef pour obtenir des résultats en tant que chrétien. » Le Dieu par qui et pour qui tout existe, qui tient les océans dans le creux de sa main, est devenu un simple génie dans une lampe chargé d’exécuter nos désirs. Quelle offense.

Des discours qui chatouillent les oreilles

Cet aspect égoïste de la foi se voit également dans les discours et prédications de l’enseignement de la prospérité. Et ce n’est pas nouveau. Paul, après avoir exhorté Timothée à « prêcher la parole », lui en donne la raison de le faire avec tant d’insistance:

« Car le temps viendra où les hommes ne voudront plus rien savoir de l’enseignement sain. Au gré de leurs propres désirs, ils se choisiront une foule de maîtres à qui ils ne demanderont que de leur caresser agréablement les oreilles. »

2 Timothée 4.3 (BDS)

C’est exactement ce que nous voyons aujourd’hui, n’est-ce pas? Nous voulons (et je m’inclus dedans) des discours qui chatouillent les oreilles, plutôt que des discours qui nous mettent face à la grandeur de Dieu, à notre besoin de repentance, et à l’obéissance de la vie de disciple. Les discours où je suis au centre de l’univers sont bien meilleurs. Ça chatouille les oreilles. « Parlez encore plus de moi! C’est agréable, ça fait du bien… »

Ce type de discours qui « chatouille les oreilles » peut prendre différentes formes:

  • Développe ton potentiel divin!
  • Deviens une meilleure version de toi-même!
  • Entre dans ta destinée et trouve le succès!

Il n’y a rien de mal avec le fait d’utiliser le potentiel que Dieu nous a donné pour sa gloire. Il n’y a rien de mal avec le fait de vouloir découvrir ce que Dieu veut pour nos vies. Mais quand la Bible devient un livre de développement personnel, et que les pasteurs ont les mêmes discours que les coach de vie, il y a un problème. Nous avons perdu l’Evangile biblique.

J’ai été très déçu dernièrement en allant sur mon application Bible (YouVersion), dans la fonction recherche. Ce qui m’était proposé, c’était une recherche par « émotion ». Comment tu te sens: abandonné, effrayé, anxieux, submergé, perdu? Clique sur l’émotion qui te correspond le mieux, et l’application te donnera des versets pour répondre à tes besoins. C’est dommage que l’on en soit arrivé là. Bien sûr que la Bible a quelque chose à dire à nos émotions. Bien sûr que la Bible est suffisante pour nous, peu importe l’état dans lequel on se trouve. Mais quand on réduit la Bible à une « pharmacie » pour régler nos bobos spirituels, on est en train de passer à côté de Dieu, de sa gloire, et de ses bienfaits. On est en train de passer à côté de la puissance de l’Evangile, qui est la vraie solution à tous nos problèmes. Au final, nous utilisons les mêmes principes que les best-seller de la Fnac au rayon développement personnel. Nous y avons simplement ajouté une « couche » chrétienne…

Venir à Jésus pour autre chose que ce qu’il est

L’évangile de la prospérité n’est pas nouveau. Il est là depuis le début. Dans l’évangile de Jean, nous voyons plusieurs personnes venir à Jésus suite aux miracles qu’il a accompli (par exemple en Jean 6). Mais Jésus n’est pas dupe, car il sait que plusieurs le suivent pour les mauvaises raisons, juste pour les miracles (Jean 2.23-25). C’est cela, au final, l’évangile de la prospérité: venir à Jésus pour autre chose que lui.

C’est l’évangile du bien-être. Je viens à Jésus pour qu’il me rende plus heureux. Je viens à Jésus pour qu’il règle mon problème de couple. Je viens à Jésus pour qu’il m’aide à réussir mes examens. Nous venons à Jésus pour ce qu’il peut apporter, plutôt que pour ce qu’il est: le fils de Dieu, seul espoir de nos âmes, l’auteur de notre salut.

N’y-a-t-il pas là une pointe d’idolâtrie? Nous adorons les dons de Dieu, plus que Dieu lui-même. Ce n’est plus Dieu qui est au centre de l’univers, mais l’homme, et ce que Dieu peut me donner.

Fuyons cet enseignement, et restons fermement attachés à l’Evangile biblique. Il est bien plus beau, bien plus glorieux, et bien plus vrai. C’est ce que nous verrons dans le dernier article de la série la semaine prochaine.

Rendez-vous jeudi prochain sur mon blog pour le dernier article de la série (abonnez-vous par mail ci-dessous). Voici les autres articles de la série:

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant en formation pastorale dans son Eglise locale à Bruxelles. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser

>