Le plus grand problème de l’évangile de la prospérité

Le plus problématique chez les prédicateurs de la prospérité n'est pas ce qu'ils enseignent, mais ce qu'ils n'enseignent pas: l'Evangile glorieux de notre Seigneur Jésus-Christ, qui donne la réconciliation et la vie.

Quel est le problème le plus grave de l’évangile de la prospérité? Dans cette série d’articles, nous avons eu l’occasion d’aborder plusieurs problèmes de ce mouvement: concernant leur manière de lire la Bible, concernant la bénédiction de Dieu, concernant la souffrance, concernant la foi, et concernant la place de l’homme face à Dieu. Mais ces problèmes ne sont pas les plus graves. Ne me méprenez pas, il s’agit de vraies erreurs, qui sont graves et que nous devons dénoncer. Mais malheureusement, il y a encore pire.

Cacher la vérité

Le plus grand problème ne concerne pas les mensonges qu’ils enseignent, mais la vérité qu’ils cachent. En mettant l’accent sur la prospérité matérielle, sur le bien-être humain et sur le succès terrestre, l’évangile de la prospérité met de côté ce qui fait le cœur de la foi chrétienne: l’Evangile biblique, seul moyen d’être sauvé et réconcilié avec Dieu. Dans cette foule de mensonges, ce qu’il reste c’est un évangile dilué, un évangile « placébo », qui ne sauve personne. Ainsi, les prédicateurs de la prospérité ne se contentent pas d’enseigner des mensonges à leurs adeptes, mais aussi de les priver de la vérité. Et cette vérité n’est autre que le message du salut, dont chaque être humain a tant besoin. On pourrait dire à ce sujet ce que Jésus a dit aux pharisiens de son époque:

« Malheur à vous, spécialistes de la loi et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes l’accès au royaume des cieux; vous n’y entrez pas vous-mêmes et vous ne laissez pas entrer ceux qui le voudraient. »

Matthieu 23.13

En ce faisant, ils déforment l’Evangile de Christ:

« Ce n’est pas qu’il y ait un autre évangile, mais il y a des gens qui vous troublent et qui veulent déformer l’Evangile de Christ. »

Galates 1.7

C’est pour cela que nous ne devons pas hésiter à dénoncer cet enseignement pour ce qu’il est: un faux évangile, une version « low-cost » tellement médiocre du vrai Evangile.

Un journaliste a demandé à Joel Osteen, un des prédicateurs les plus célèbres de ce mouvement, pourquoi il ne parlait pas du péché et de la rédemption dans son message. Celui-ci a répondu, entre autres, de la manière suivante: « Mon but n’est pas de m’arrêter sur des détails techniques. Je veux aider les gens à dormir la nuit. » Joel Osteen arrive peut-être à faire dormir les gens la nuit, mais en ce faisant, il les prive du repos éternel. Il ne les prépare pas à faire face à Dieu, le juge de l’univers devant qui tous devront rendre des comptes. Il ne leur présente pas l’Evangile biblique…

L’évangile de la prospérité promet trop peu

Au final, si l’on prend le temps de réfléchir et de comparer, l’évangile de la prospérité n’est pas si attirant que ça. Il est même médiocre. Albert Mohler, un théologien baptiste américain écrit ceci:

« Le problème central de l’évangile de la prospérité n’est pas qu’il offre trop, mais qu’il offre trop peu. L’Evangile de Jésus-Christ apporte le salut, le pardon des péchés et la vie éternelle. L’évangile de la prospérité promet une Ferrari. »

Albert Mohler (source)

C’est ridicule si on y pense. Comme le disait mon cousin Maxime Georgel dans un podcast, lorsque l’on comprend le vrai Evangile que la Bible présente, l’évangile de la prospérité ne nous fait pas envie. On n’a même pas envie qu’il soit vrai! Car, dans la mort et la résurrection de Christ, dans le pardon des péchés, dans la présence bienveillante de Dieu pour toujours, on a largement mieux.

La solution à ce faux évangile de la prospérité est donc de présenter Jésus dans toute sa beauté, dans toute sa grandeur, dans toute sa gloire. La solution est de mettre en avant les 1001 facettes du diamant de l’Evangile biblique. A côté de cela, l’évangile de la prospérité paraît bien fade. Gardez vos villas, vos Ferrari et vos jets-privés. Je prends Jésus, sa personne, sa gloire, et sa présence pour l’éternité. Je n’ai rien besoin de plus.

Il s’agissait du dernier article de cette série. Je publierai probablement un sommaire des différents articles jeudi prochain, avec d’autres ressources (articles, vidéos, livres) pour creuser le sujet.

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant en formation pastorale dans son Eglise locale à Bruxelles. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser

>