Avant d’ouvrir votre Bible, assurez-vous d’être convaincus de cela

Certaines convictions sont indispensables pour lire la Bible sans passer à côté de l'essentiel. Assurons-nous de les avoir profondément dans notre cœur, la prochaine fois que nous ouvrirons la Bible!

Lundi matin, début de semaine. Après un réveil difficile, vous faites immédiatement couler votre café, compagnon indispensable d’un début de journée digne de ce nom. Vous êtes également sur le point d’ouvrir votre Bible pour continuer votre plan de lecture quotidien.

Quels sont les sentiments qui devraient vous animer à ce moment-là? Quelles convictions avoir au plus profond de notre cœur, pour vraiment profiter de ce moment de lecture? En voici quatre qui sont indispensables pour vraiment tirer profit de votre lecture.

1. La Bible est la Parole de Dieu

La Bible est la Parole de Dieu : dire cela semble trop évident. Pourtant, les conséquences pour notre lecture de la Bible sont énormes.

Lorsque nous ouvrons la Bible pour lire et méditer, il ne s’agit pas d’un livre comme les autres que nous trouverions dans n’importe quelle bibliothèque. Il ne s’agit même pas d’un livre important, ou d’un livre qui contient certaines vérités. Il s’agit de la Parole infaillible de Dieu, la source de toute vérité. C’est là que la voix de Dieu se fait entendre.

Lorsque Paul écrit en 2 Timothée 3.16 que « toute l’Écriture est inspirée de Dieu », il est littéralement dit que « toute l’Écriture est soufflée de Dieu« . Autrement dit, tout ce qui se trouve dans les 66 livres de la Bible vient de la bouche même de Dieu. On ouvre la Bible, on lit, on médite… et on entend la voix de Dieu. Quel privilège!

Lorsque nous ouvrons la Bible donc, nous pouvons le faire avec l’attente que le Dieu de l’univers nous parle.

2. J’ai besoin de la Bible

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai trop souvent tendance à voir la lecture de la Bible comme une contrainte. Je me dis que je dois lire la Bible, parce que c’est ce que les bons chrétiens font. Je dois lire la Bible, parce que c’est un livre important.

Dans ces cas, j’ai besoin de me remémorer des versets comme Matthieu 4.4 : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Autrement dit, la Parole de Dieu n’est pas une contrainte pour moi, mais une nécessité. Ce n’est pas que je dois lire la Bible, mais que j’en ai besoin.

La Parole de Dieu est comme de la nourriture: sans elle, nous ne pouvons pas tenir. Sans elle, c’est la famine spirituelle assurée.

De plus, non seulement la Bible est nécessaire pour survivre dans la vie chrétienne, mais elle est aussi indispensable pour grandir dans la vie chrétienne (cf. 1 Pierre 2.1-3).

Avoir cette conviction dans mon cœur change mes motivations pour lire la Bible au quotidien. Cela devient un besoin, un désir profond de mon âme, plutôt qu’une contrainte ou un fardeau qui m’est imposé.

3. La Bible nous révèle Jésus

Nous ne lisons pas la Bible pour y trouver des techniques et des méthodes qui vont nous aider à nous améliorer nous-mêmes. La Bible n’est pas un livre de développement personnel. Bien sûr, lire la Bible nous fait grandir en sainteté, mais pas en mettant l’accent sur nous-mêmes. La Bible est avant tout à propos d’une personne: Jésus-Christ. Jésus lui même a dit que toute l’Écriture parle de lui (Jean 5.39). Il est celui vers qui l’Ancien et le Nouveau Testament pointent.

En ouvrant la Bible, nous voulons donc nous attendre à être confrontés à la grandeur, la beauté, la sagesse, la compassion, la suffisance, la puissance de Jésus. Nous voulons apprendre à mieux le connaître afin de mieux l’aimer.

4. Nous devons faire chauffer notre cerveau

Nous ouvrons la Bible en nous attendant à entendre Dieu nous parler. Cependant, cela ne signifie pas que nous considérons la Bible comme un livre mystique: j’ouvre la Bible au hasard, je prends une phrase hors de son contexte… hop, voilà ce que Dieu veut me dire aujourd’hui!

La Bible est la Parole de Dieu, mais Dieu s’est révélé de manière bien spécifique. Il a choisi de le faire en utilisant des êtres humains, les auteurs des différents livres de la Bible. Il a choisi de le faire au travers de livres bien particuliers qui ont été écrits dans des contextes bien particuliers. Il a choisi de le faire au travers de mots humains, de phrases, de récits, et d’arguments. Autrement dit, pour lire la Bible, nous avons besoin de faire chauffer notre cerveau. C’est en comprenant ce que les auteurs humains ont écrit, que nous comprendrons ce que Dieu veut nous dire aujourd’hui.

Être convaincu de cela va nous encourager à lire la Bible, non pas de manière passive, mais de manière active. Nous allons nous arrêter sur le texte. Nous allons réfléchir. Nous allons nous poser des questions (voir exemple ici). Nous allons méditer. Bref, nous allons lire, non pas seulement avec le cœur, mais aussi avec le cerveau.

En dépendant de Dieu…

Bien sûr, cela ne signifie pas que nous pouvons lire la Bible de manière indépendante, sans l’aide de Dieu. Toutes ces convictions sont soutenues par la conscience de notre dépendance envers Dieu. Nous avons besoin de prier: « Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi! » (Psaume 119.18). Alors que nous lisons la Bible, c’est l’Esprit de Dieu en nous qui nous permet de comprendre, d’apprécier, et de mettre en pratique les vérités que nous découvrons. Voilà de quoi révolutionner nos temps de lecture de la Bible!

Benjamin Eggen

Benjamin a été pendant plusieurs années responsable du mouvement de jeunes La Rébellution, dans le cadre duquel il a écrit les livres Une vie de défis et Soif de plus ?. Après avoir étudié à l’Institut Biblique de Bruxelles, il est maintenant en formation pastorale dans son Eglise locale à Bruxelles. Vous pouvez le suivre sur sa chaîne YouTube ou son compte Instagram (@beneggen).

Articles pouvant vous intéresser

>